Édito Annuaire Archives Calendrier Contact Boutique Musique  
Percussions.org
Le forum de toutes les Percussions !
 
Entretien avec Ghislain Muller

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Percussions.org Index du Forum -> ۞ Articles ۞
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Jimmy B
Chef de Tribu


Inscrit le: 12 May 2002
Messages: 2948
Localisation: Rhythm Land

MessagePosté le: 25 Jan 2003 8:50    Sujet du message: Entretien avec Ghislain Muller Répondre en citant

30 ans de Vibra !



"Je n' arrive pas à m' imaginer dans le rôle du sage vibraphoniste expérimenté qui conseille, il y a trop de choses que je ne connais pas, je vis et joue la musique avec ceux que je rencontre même si c' est avec un musicien débutant." Ghislain Muller



Le vibraphone, percussion clavier élaborée au début du 20ème siècle, fait souvent son apparition dans les musiques jazz et contemporaines.
De la famille des lamellaphones/lamellophones, il remplace parfois le piano dans la section rythmique et prend une place privilégiée de part la nature de ses sons aux harmonies profondes et ses possibilités de modulation.

Ghislain Muller, musicien d'origine alsacienne, est l'un des représentants de cet instrument métallophone, et compose depuis près de trente années pour ce clavier rare et souvent méconnu ou confondu avec d'autres claviers comme le marimba ou le xylophone.
Au travers de cet interview, j'ai principalement voulu mettre l'accent sur le parcours atypique et à découvrir de ce musicien autodidacte, faire un tour du côté d'un self-made-man passionné de jazz, de Rhythm & Blues,



Salut Ghislain ! et merci d'avoir accepté cet Interview ! Je ne vais pas tourner autour du pot... depuis combien de temps joues-tu du Vibraphone et comment t'est venue l'idée de jouer de cet instrument ? Etant donné la taille qui doit être un inconvénient ?

Ghislain Muller : C' est vrai l' instrument est grand !...
J' ai commencé à jouer du vibraphone pendant l'année 1973, j' avais alors 23 ans, ce qui est tard pour démarrer la pratique d'un instrument, et à l'époque j'étais étudiant aux Arts Décoratifs de Strasbourg dans l'atelier d'illustration.
Passionné de Jazz et surtout de Blues et de Rhythm & Blues depuis un bon moment. Je jouais un peu de piano.
Chez des potes qui squattaient dans la banlieue de Strasbourg on avaient une très grande pièce (avec piano, batterie, poêle à charbon pour l'hiver) où tous les mardis et vendredis soirs ont faisaient le boeuf avec tout ce que comptait le coin de musiciens amoureux du jazz, vu que dans notre ville il n'y avait pas de clubs et autres lieux de jazz à cette époque. J'accompagnais un peu tout le monde au piano, plus ou moins bien d'ailleurs, mais j'apprenais beaucoup de choses de cette façon (pour bosser les grilles d'accords et l'harmonie jazz/blues etc.)
C'était très bien et de plus les musiciens de passage me montraient toujours plein de nouveaux trucs), depuis longtemps déjà je pensais au vibraphone et je flashais sur des artistes comme Lionel Hampton, Milt Jackson, Bobby Hutcherson, Cal Tjader ... .
Du coup je me suis lancé ! Et j' ai acheté un vibraphone en empruntant une partie du fric à un ami et c' est parti !
Six mois après j' étais sur "scène" dans un petit café-théâtre qui venait d'ouvrir à Strasbourg et qui acceptait des concerts de Jazz gratuits, une à deux fois par mois avec quelques musiciens passionnés de Jazz.

D'où viens-tu musicalement parlant ?

Ghislain Muller : Total autodidacte ! J' ai tout appris en jouant avec les disques et en jouant avec la radio et bien sûr dés que j'ai côtoyé d' autres musiciens (surtout ceux qui étaient beaucoup plus avancés que moi). J' ai eu la chance au début de rencontrer et de jouer régulièrement avec le pianiste Francis David et ensuite avec le batteur Franco Manzecchi, un vrai "prof" pour moi ! (mort depuis longtemps et un peu oublié, mais qui a joué et enregistré avec les plus grands : Chet Baker, Bud Powell, René Thomas, Eric Dolphy, Donald Bird etc. Tapez son nom dans "google" pour voir !), on a joué pendant un an et demi presque tous les week-ends dans un club de Konstanz en Allemagne avec principalement Georges Cohen à la basse et toutes sortes de solistes de passage et ce fut pour moi une sorte d'étude du jazz, mais sur scène. J'y ai même accompagné - pas au vibraphone mais au piano cette fois - le bluesman Mickey Baker lors d'un concert.


As-tu le sentiment de posséder un jeu tout à fait personnel ?

Ghislain Muller : De par ma formation autodidacte certainement, car n' ayant jamais pris un cours de musique ni de vibraphone, j' ai du perfectionner mes petits "systèmes" à moi, et chaque fois que j' en avais l'occasion, je regardais jouer les vibraphonistes confirmés (et il y avait la classe de percussion au conservatoire de Strasbourg), je leur demandais conseil et j'apprenais ainsi les techniques de bases de l' instrument.

D'un autre côté je ne suis, bien évidemment, pas aussi polyvalent qu'un vibraphoniste ayant acquis la technique au sein d'une classe de percussion et j'ai des lacunes, en fait j'arrive à faire bien la musique que j'aime et qui m'intéresse, mais je ne sais pas tout faire et j'apprend toujours.


Est-ce que les techniques et répertoires d'autres instruments on été d'un certain apport dans ton jeu ?

Ghislain Muller : Cela m'a beaucoup influencé. En effet le vibraphone n' est quand même pas un instrument aussi courant que le saxophone, le piano ou la guitare.
Dans le Jazz de ce fait j'écoute beaucoup plus d' autres instruments jouer et improviser.
C'est surtout en jouant la musique des autres que j' ai du adapter mon jeu à des phrasés de guitare ou de saxophone entre autre.
De manière à jouer à l' unisson avec eux par exemple.
Et ça m' a beaucoup enrichi, le fait de jouer avec des musiciens manouches (eux aussi autodidactes à leur manière d' ailleurs), ce jeu m'a obligé par exemple à reproduire des phrasés de guitare et d'accordéon (expositions de thèmes et arrangements), et cette musique "très virtuose" pour la faire au vibraphone c'est pas toujours évident !
Fallait m'exercer seul, et parfois longtemps avant que ça sorte, enfin bref !
Ca c'est le côté boulot, incontournable !


Bon, je n'aime pas trop les clivages, mais par quelle tendance ou style musical définirais-tu ton jeu ?

Ghislain Muller : Que veux tu dire exactement ? Faut il choisir un "truc" de classement musical ?

Non ! Mais une direction, un nom générique dans lequel on pourrait mettre tes albums dans les bacs !

Ghislain Muller : Ok ! bon je te réponds : je joue du Jazz et des musiques improvisées, tendance: un-peu-de-tout-ce-qui-m' est entré dans les oreilles !

En regardant ta discographie, on peut se rendre compte que la formule Big Band est celle que tu préfères ? Ou bien c'est juste une coïncidence ?

Ghislain Muller : J' adore ça ! Car la puissance et le son sur scène d'une grande formation en action... c' est irremplaçable ! et c' est tout acoustique ! Mais l' autre aspect qui m' intéresse ce sont toutes les possibilités de l'arrangement des compositions.

Maintenant il faut savoir qu'hormis les concerts avec le VSP Orkestra depuis 1995, je n'ai pratiquement toujours joué qu'en petites formations , en combo de quatre à six musiciens maximum.

Par exemple, j' ai beaucoup tourné en Europe avec le Quintet "Sweet Chorus" - des musiciens manouches avec l' accordéoniste Marcel Loeffler, le guitariste Mandino Reinhardt en particulier et durant 17 ans ! et les groupes Paul Arzo Cie, Plan B. Et autre chose d'important aussi, faire tourner une formation de 11 à 13 musiciens comme le VSP Orkestra, jouant ce type de musique, est très difficile même en "cassant " les prix de vente des concerts le VSP Orkestra existe, fonctionne et joue mais personne ne songerait pouvoir vivre uniquement avec ça actuellement.


Sur tes albums on remarque que de nombreuses compositions sont de toi, pour ça tu travailles la composition de quelle manière ?

Ghislain Muller : En gros de deux manières : soit je compose un thème, une mélodie que je trouve en général en improvisant au vibraphone ou au clavier (piano, synthétiseur), et ça donne juste le thème tout simple, à arranger par la suite pour telle ou telle formation, soit je compose directement pour un groupe, un orchestre (formation, instruments employés etc.), mais aussi pour les musiciens que je connais.

Je pense donc à leur feeling, à leur son, à ce qu' ils aiment faire à des choses comme ça. (Pour les plages d' improvisation prévues c' est souvent important.)

J' utilise bien sûr les thèmes que j' ai en "mémoire" prêt à servir mais aussi j'écris directement des phrases arrangées à plusieurs voix, des riffs, des break, des plans basse/percussion/batterie, etc.

Et tout ça finit par donner la musique écrite du groupe. Ensuite, ça devient vraiment intéressant pour moi, car les musiciens jouent et donc interprètent la musique (ils sont très libres sur ce plan, j' y tiens car il faut que la personnalité soit là) et à ce stade c'est la découverte, et un peu de stress aussi pour moi : est ce que ça va marcher ? c' est peut-être pas super pour finir ? est ce qu' ils vont aimer jouer ça ? Bon tu vois le genre d'état d' esprit ... Il faut savoir aussi que je travaille souvent avec un arrangeur : le tromboniste, arrangeur et spécialiste des conques marines Pascal Beck (systématiquement dans le cas du VSP orkestra, et c'est lui qui dirige l'orchestre sur scène) dans ce cas je lui donne mes compositions avec mes arrangements "basiques", mais ensuite il amène beaucoup de nouvelles choses et le son, la couleur etc. de l' orchestre sont vraiment liés à son travail.

Bref ! on forme une espèce de duo dans le cadre du VSP Orkestra.


J'ai remarqué sur différents extraits de presses que VSP Orkestra était souvent assimilé au Julien Lourau Groove Gang, est ce que cette comparaison pourrait orienter une personne ne connaissant pas encore ton groupe ?

Ghislain Muller : J' aime beaucoup le groove gang et j'ai des cds chez moi !

A part ça au sujet de la comparaison sans doute est-ce du à l'utilisation du vibraphone de Norbert Lucarain qui joue un rôle important dans le son du "groove gang" ainsi que la section de cuivres.

Hormis cela même si l' on peux retrouver des influences communes et des instruments similaires (trombone/trompette et aussi: basse/percussions/batterie.) c' est à mon avis très différent en particulier par notre approche plus big band que combo funk et puis on utilise beaucoup les alphorns (cors des Alpes ) et les conques marines et là
c'est un tout autre trip et aussi : dans le VSP orkestra il y a 2 vibraphones !

L'autre vibraphone est joué par mon ami percussionniste Luc Grislin, il y a tout un travail en duo des 2 vibraphones (arrangements, accompagnements superposés complémentaires, polyrythmies montés à deux, riffs, solo à 2 etc.)

Une démarche pas fréquente qui amène un son très spécial à l'orchestre toute fois si les amateurs du Groove Gang s'intéressent à nous par ce biais c'est carrément super ! car ça nous fait connaître !


Le dernier opus de VSP Orkestra, Super Alpen King, nous immerge presque dans une musique de film où l'on sent les inspirations des incontournables Quincy Jones ou Dizzy Gillespie. Tu conçois ta musique comme des images ? Et de quelle image t'est venue l'idée d'intégrer le cors des alpes, notre "didjeridoo européen" ?

Ghislain Muller : Un morceau de musique a un début et une fin.

Et donc, il faut en avoir la compréhension globale lors de son écriture.

Et c'est vrai que j'aime bien l'idée d'une musique se déroulant comme une succession d'histoires/images.

Qui du coup ressemble à une sorte d'embarquement comme dans un film avec début, scènes diverses et palpitantes, le suspens au bon moment, le final et tout et tout. (mais bon, c'est une idée pas vraiment neuve, voire évidente quand on parle de musique) .

Ca c'est pour l' écriture de la musique, la trame nécessaire, le support important, car ensuite lorsque la musique est jouée sur scène les musiciens interprètent et improvisent beaucoup et c'est leur "histoire" du moment qu'ils racontent et c' est plus du tout un film c' est du "live" et aucun concert n' est identique.

Toutefois à l' écoute des enregistrements cédés, évidemment ce côté trame histoires/images/film est plus marqué du fait du "fixé" de tout enregistrement et donc d' une écoute totalement différente et parfois plus analytique même si on peux danser et donc je dirais allez tous aux concerts de tous car c' est vraiment, vraiment mieux que les cds.

J'ai découvert l'Alp-Horn/Cor des Alpes par hasard chez mon ami musicien Renaud Leipp (le corniste du VSP Orkestra) je passe chez lui et je vois cet instrument il m' en fait aussitôt la démonstration dans son appartement (bonjour les voisins !) et ça m' a fait flasher : le son du bois, la puissance, l' évidence de la trompe originelle, le côté "space" aussi, il fallait absolument intégrer ça à l'orchestre !

Et sur scène quel "look" ! (+ ou - 4 m de long quand même).

Ensuite après qu' il m' ai expliqué les possibilités et le fonctionnement des Cors des Alpes, j' ai composé quelques morceaux mettant ces instruments au premier plan, de plus Renaud Leipp, Francis Baur et les autres improvisent avec ce "géant des montagnes" ça c'est important.

N'oublions pas également qu'au départ ce cor servait à communiquer de montagnes à vallées et c' est "géant" forcément un instrument pareil !


L'utilisation du sample ou des machines électroniques est une pratique pour toi ?

Ghislain Muller : Pas vraiment même si j'utilise l'informatique/ordinateur/clavier midi/ pour écrire, composer et stocker mes musiques, l'utilisation d' effets sur le vibraphone aussi mais de manière assez soft.

En fait je n'ai pas encore eu l'occasion de travailler sérieusement avec ces machines et ces techniques mais ça m'intéresse.


Comment conçois-tu le rôle de la batterie et des percussions au sein du groupe ? Et as-tu un instrument de repère lors d'un solo ?

Ghislain Muller : Pour moi le trio basse/batterie/percussions est fondamental dans un groupe la chose la plus importante est que le batteur établisse le bon groove avec le bassiste et le percussionniste sur lesquels les autres musiciens pourront compter car le batteur est responsable du groove en fait et le trio basse/batterie/percussions fait tourner la machine.

C'est simple : prend un groupe avec des supers solistes et une rythmique moyenne la musique deviendra moyenne et les solistes peut-être moins bon.

Imagines l'inverse : bonne rythmique, bon groove et solistes sympas moyens et tu verra que la musique va mieux tourner et que les solistes, stimulés, vont peut-être même étonner soudain.

Dans un orchestre, quelque soit l'instrument que l'on joue, on ne peut quand même pas non plus attendre du batteur et du percussionniste qu'il soit les seuls garant du tempo, de la mise en place des pêches, break etc.

Et ainsi du coup de se reposer totalement sur eux pour ça, il faut que tous aient le tempo dans la tête et dans le corps avant toute chose.

Dans le cadre particulier d' un big band (hormis l'installation du groove avec le bassiste bien sûr) pour l'interprétation de certains
phrasés/riffs/arrangements ou breaks, le batteur a nécessairement un rôle de "leader" (de même que le premier trompette dans la section de cuivre) mais là c'est une question de jeu d' ensemble, d'interprétation, de direction et de création du "feeling" général de l'orchestre et tous les batteurs n'ont pas forcément ce caractère "leader de big band".

Certains sont polyvalents et passent aisément de la petite formation à la grande mais pas tous, ce qui n' engage aucunement leurs qualités de musicien, c'est juste une histoire de spécialité et de disposition naturelle.

Lorsque je prend un solo, si je connais bien ma partie et que j'ai bien intégré la musique, je n'ai absolument pas besoin d' autres instruments en tant que "repère", ce n'est pas le bon rôle à donner aux autres musiciens qui jouent avec toi, par contre je me place sur la rythmique et il faut que ça tourne bien, c'est très stimulant et quand le groove est bon on se retrouve comme porté, et c'est dans ces moments là que l'on se dépasse parfois.

En général pour prendre un solo, il faut bien sûr entendre et écouter correctement tout le monde, c'est très important pour arriver à trouver le son avec le groupe, échanger les idées, dialoguer etc.

Oui ! enfin bref ça c'est une évidence pour jouer ensemble il me semble. Même lorsque l'on est "le soliste" du moment, tout le groupe fait la musique ! il n'y a pas de "sous fifre" ou de "faire valoir" ou de rôle "repère" tous sont là et jouent au même plan et c'est ce qui fera la "bonne musique".


Quels conseils te sembleraient importants de donner à des musiciens débutants le vibraphone ?

Ghislain Muller : Je n' arrive pas à m'imaginer dans le rôle du sage vibraphoniste expérimenté qui conseille, il y a trop de choses que je ne connais pas je vis et joue la musique avec ceux que je rencontre même si c'est avec un musicien débutant.

La musique sur Internet tu en penses quoi ?

Ghislain Muller : Actuellement du fait de la main mise des "majors" sur pratiquement tout le marché de la musique c' est sur le net qu' on peux découvrir et écouter toutes ces musiques et musiciens qui ne rentrent pas dans le processus de rentabilité directe du marché et ça c' est hyper important, à défendre même.

La musique en écoute sur votre site Percussions.org par exemple.

Où veux tu que j' ai accès à tout ça aussi facilement? vive le MP3 et autre Realplayer / il y a des gens qui avec très peu de moyen peuvent créer des trucs et les mettre en écoute, la fête quoi ! et sans doute la grande alternative.

Il y a urgence à développer encore plus tout ça car on s' approche tout doucement d' une sorte d' effet de "censure insidieuse" du aux lois du marché.


Pour finir, quels sont tes projets, toujours musicalement parlant ?

Ghislain Muller : 2003 - On continue avec le VSP Orkestra et avec Eric Echampard à la batterie (on a déjà fait plusieurs concerts avec lui et toujours Simon Pomara aux percussions ainsi que Jeremy Lirola à la basse et Pascal Beck à la direction
d'orchestre. Outre les concerts, est prévu un projet de création autour du Cor des Alpes (4 à 6 cors) incluant solistes invités, spécialistes de
l'alphorn.

On a commencé à prendre des contacts avec des musiciens suisses.

Tout ça débouchera sur une série de concerts "spécial Alphorn" et toujours les deux vibraphones dans le coup avec Luc Grislin évidemment, peut-être aussi un enregistrement, donc à suivre... Création aussi d' un nouveau groupe avec le saxophoniste Franck Wolf, le trompettiste Serge Haessler, Nicolas Picard à la batterie (ancien batteur de Tété), Gabriel Midon à la basse, DJ Minù aux platines et autres électroniques, moi au vibraphone.

C'est un genre de combo "Electro jazz" qui devrait être opérationnel vers le mois de juin /juillet 2003 et on a déjà quelques plans en perspectives dans notre région (Alsace) qui devrait nous permettre de démarrer le groupe.


Merci Ghislain pour cet entretien et au plaisir de rejouer avec toi et entendre tes prochaines créations !

Ghislain Muller : Cool ! merci à vous et prochainement venez visiter le site de VSP Orkestra, que nous actualisons et où vous pourrez écouter !


© 01/2003 Jimmy Braun

(c) photographie : Jean-Louis Hess

Blog Nutrition lMyPercu | CrustaceatronDigital Journalisme

Description : G.Muller (c) JL. Hess
G.Muller  (c) JL. Hess
Vu : 7631 fois - Taille du fichier : 14.58 Ko



Dernière édition par Jimmy B le 03 Nov 2003 14:09, édité 7 fois en tout
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Jimmy B
Chef de Tribu


Inscrit le: 12 May 2002
Messages: 2948
Localisation: Rhythm Land

MessagePosté le: 05 Mar 2003 3:39    Sujet du message: VSP en Ecoute ! et bientôt en vidéo ! Répondre en citant

Ghislain Muller a écrit:
Si vous allez sur http://vsp-orkestra.com/ecouter.htm
Il y a de la zik en démo dès maintenant et bientôt des videos enregistrées lors du Percussions[s] Festival 2002( ds + ou - 10 jours) J' ai fait ça avec Gregory Massat webmaster et percussionniste du Philharmonique de Strasbourg.

Comme quoi ces percussionnistes font un peu tout !


Pour Info le site de VSP a été fait par Etienne Arondel (photographe). Gregory Massat aide pour la mise en ligne des mp3 et vidéos et il a construit aussi le site internet du Festival PercuPassion dont l'adresse se trouve sur le Forum Association Française Pour la Percussion et le site du percussionniste Emmanuel Séjourné.

Bons Rythmes et Bonnes Ecoutes ! Wink

Blog Nutrition lMyPercu | CrustaceatronDigital Journalisme
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Graigue
Utilisateur peu actif (occasionnel)


Inscrit le: 05 Mar 2003
Messages: 1

MessagePosté le: 05 Mar 2003 22:57    Sujet du message: Répondre en citant

Et je dirais meme plus, n'oubliez pas le site http://www.percussions.net !!!!
a+ Happy
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Percussions.org Index du Forum -> ۞ Articles ۞ Toutes les heures sont au format CET (Europe)
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
Vous ne pouvez pas joindre de fichier dans ce forum
Vous pouvez télécharger des fichiers dans ce forum



Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 1464 / 0